Mout me semont Amors que je m’envoise

Mout me semont Amors que je m’envoise (« Anmour m'égzorte qu'ej parle ») ch'est un poème pau trouvoére picard Conon d'Bétunne qu'il airoét écrit dvers 1203 o 1204. Dins chèle canchon, Conon i parle d'anmeur, ch'est un poème tipike d'anmeur cortoés. Conon i raporte étou qu'à Paris ches Franchois is s'étoétte ri d'li à cause ed sin lingache picard (j'ai dit mos d'Artois).

Ech teske il est écrit in viu franchoés d'Picardie, adon ch'est du viu picard pi ch'est un d'ches pus vius teskes qu'os o in viu picard.

Ech teskeModifier

Mout me semont Amors ke je m'envoise

Mout me semont Amors ke je m'envoise
Quant je plus doi de chanter estre cois ;
Mais j’ai plus grant talent ke je me coise,
Por çou s’ai mis mon chanter en defois ;
Ke mon langaige ont blasmé li François
Et mes cançons, oiant les Champenois
Et la Contesse encoir, dont plus me poise.

La Roine n’a pas fait ke cortoise,
Ki me reprist, ele et ses fieus, li Rois.
Encoir ne soit ma parole franchoise,
Si la puet on bien entendre en franchois ;
Ne chil ne sont bien apris ne cortois,
S’il m’ont repris se j’ai dit mos d’Artois,
Car je ne fui pas norris a Pontoise.

Dieus ! ke ferai ? Dirai li mon coraige ?
Li irai je dont s’amor demander ?
Oïl, par Dieu ! car tel sont li usaige
C’on n’i puet mais sans demant riens trover ;
Et se jo sui outraigeus del trover,
Se n’en doit pas ma Dame a moi irer,
Mais vers Amors, ki me font dire outraige.

Anmeur m'égzorte granmint qu'ej m'adonne à ch'plaisir

Anmeur m'égzorte granmint qu'ej m'adonne à ch'plaisir
Alors qu'ej doé putot arter d'canter
Deus plaïes unne, pis moérir, mort cruèle.

Ech Quatrain François VillonModifier

Il est possibe eq François Villon, qu'o vétchu deus chints ans aprés Conon, il euche connu ch'poème Mout semont Amors. Dins sin Quatrain que feit Villon quand il fut jugé à mourir, il écrit dont il me poise pi né de Paris emprès Pontoise, chou qui ramintuve granmint ch'teske à Conon Et la Comtesse encoir, dont plus me poise pi un molet pus loin Car jou ne fui pas norriz à Pontoise. Moais cho n'est peu-ète rin qu'à cause ed ches rinmes.