Berlicoqué : Différinche intre vérsions

471 octets ajoutés ,  il y a 10 ans
Inichialisachon
(Page créée avec « ; Lundi Un souor, ò la ferme, on entend : Toc, toc, toc ! — Qui est lò ? — Ch'est Berlicoqué, madame. — Entrez, entrez, Berlicoqué, venez vous chauffer. — Non,... »)
 
(Inichialisachon)
Un souor, ò la ferme, on entend : Toc, toc, toc !
 
— Qui est lò ?<br />
— Ch'est Berlicoqué, madame.<br />
— Entrez, entrez, Berlicoqué, venez vous chauffer.<br />
— Non, non, ma bonne, je n'ai pas frouo, je venais seulement vous demander si vous pouviez garder chet épi de blé, que j'ai dans mon sac, jusqu'ò demin.<br />
— Mais bin sûr, Berlicoqué, mettez-le lò sur l'étagèrr, et vous reviendrez le chercher demin.
 
Et Berlicoqué sort son épi de blé de son sac, le pose sur l'étagèrr, et puis ch'in vo.<br />
 
 
; Mardi
Le lendemin : toc, toc, toc !
 
— Qui est lò ?<br />
— Ch'est Berlicoqué, madame.<br />
— Entrez, entrez, Berlicoqué, venez vous chauffer.<br />
— Non, non, ma bonne, je n'ai pas frouo, je venais seulement vous demander l'épi de blé que je vous ai donné hier souor ò garder.<br />
— Ah, mon pauvre Berlicoqué, figurez vous que ch'matin, quand on a ouvert la porte, un-n'<ref>Le féminin de l'article "un" est en picard le même mot "un" nasal, suivi d'un "n" muet. Il n'y a pas alternance comme en français entre les voyelles "un" et "u". Étudier la transcription du picard</ref> glenn<ref>''fr. Poule'', du lat. ''gallina''</ref> est entrée, a sauté sur l'étagèrr et a emporté vote épi.<br />
— Ooh, vote glenn a emporté mon épi de blé ? Eh bin, je vais emporter vote glenn.<br />
 
Et Berlicoqué sort dans la cour, attrape lachol glenn, la met dans son sac, jette son sac sur son dos et puis ch'in vo, en disant :
 
– D'un épi de blé, j'ai eu un-n' glenn.
 
 
* Et le souor, dans un-n' aute ferme, toc, toc, toc !
 
— Qui est lò ?<br />
— Ch'est Berlicoqué, madame.<br />
— Entrez, entrez, Berlicoqué, venez vous chauffer.<br />
— Non, non, ma bonne, je n'ai pas frouo, je venais seulement vous demander si vous pouviez garder chettechol glenn, que j'ai lò dans mon sac, jusqu'ò demin.<br />
— Mais bin sûr, Berlicoqué, mettez-la dans le poulailler avec les nôtes, et vous reviendrez la chercher demin.
 
Et Berlicoqué sort dans la cour, vo au poulailler, ouvre son sac, et en sort lachol glenn, qu'il met dans le poulailler, et puis ch'in vo.<br />
 
 
; Mercredi
Le lendemin : toc, toc, toc !
 
— Qui est lò ?<br />
— Ch'est Berlicoqué, madame.<br />
— Entrez, entrez, Berlicoqué, venez vous chauffer.<br />
— Non, non, ma bonne, je n'ai pas frouo, je venais seulement vous demander lachol glenn que je vous ai donnée hier souor ò garder.<br />
— Ah, mon pauvre Berlicoqué, figurez vous que ch'matin, quand on a ouvert le poulailler, un cochon a mordu vote glenn, et elle est morte.<br />
— Ooh, vote cochon a tué ma glenn ? Eh bin, je vais emporter vote cochon.
 
Et Berlicoqué sort dans la cour, attrape le cochon, le met dans son sac, jette son sac sur son dos et puis ch'in vo, en disant :
 
– D'un épi de blé, j'ai eu un-n' glenn,<br />
– D'un-n' glenn, j'ai eu un cochon.
 
 
* Et le souor, dans un-n' aute ferme, toc, toc, toc !
 
— Qui est lò ?<br />
— Ch'est Berlicoqué, madame.<br />
— Entrez, entrez, Berlicoqué, venez vous chauffer.<br />
— Non, non, ma bonne, je n'ai pas frouo, je venais seulement vous demander si vous pouviez garder ch'cochon, que j'ai lò dans mon sac, jusqu'ò demin.<br />
— Mais bin sûr, Berlicoqué, mettez-le dans la soue avec les nôtes, et vous reviendrez le chercher demin.
 
Et Berlicoqué sort dans la cour, vo ò la soue, ouvre son sac, et en sort le cochon, qu'il met dans la soue, et puis ch'in vo.
 
 
; Jeudi
Le lendemin : toc, toc, toc !
 
— Qui est lò ?<br />
— Ch'est Berlicoqué, madame.<br />
— Entrez, entrez, Berlicoqué, venez vous chauffer.<br />
— Non, non, ma bonne, je n'ai pas frouo, je venais seulement vous demander le cochon que je vous ai donné hier souor ò garder.<br />
— Ah, mon pauvre Berlicoqué, figurez vous que ch'matin, quand on a ouvert la soue, un bidé a donné un coup de pied ò vote cochon, et il est mort.<br />
— Ooh, vote bidé a tué mon cochon ? Eh bin, je vais emporter vote bidé.
 
Et Berlicoqué sort dans la cour, attrape le bidé, saute dessus, et jette son sac sur son dos, et puis ch'in vo, en disant :
 
– D'un épi de blé, j'ai eu un-n' glenn,<br />
– D'un-n' glenn, j'ai eu un cochon.<br />
– D'un cochon, j'ai eu un bidé.
 
 
* Et le souor, dans un-n' aute ferme, toc, toc, toc !
 
— Qui est lò ?<br />
— Ch'est Berlicoqué, madame.<br />
— Entrez, entrez, Berlicoqué, venez vous chauffer.<br />
— Non, non, ma bonne, je n'ai pas frouo, je venais seulement vous demander si vous pouviez garder mon bidé, que j'ai attaché lò dehors, jusqu'ò demin.<br />
— Mais bin sûr, Berlicoqué, mettez-le dans l'écurie avec les nôtes, et vous reviendrez le chercher demin.
 
Et Berlicoqué sort dans la cour, détache son bidé, vo ò l'écurie, y met le bidé, et puis ch'in vo.
 
 
; Vindredi
Le lendemin : toc, toc, toc !
 
— Qui est lò ?<br />
— Ch'est Berlicoqué, madame.<br />
— Entrez, entrez, Berlicoqué, venez vous chauffer.<br />
— Non, non, ma bonne, je n'ai pas frouo, je venais seulement vous demander le bidé que je vous ai donné hier souor ò garder.<br />
— Ah, mon pauvre Berlicoqué, figurez vous que che matin, quand note file a emmené les bidés bouore ò la rivièrr, vote bidé a glissé, et il s'est noyé.<br />
— Ooh, vote file a noyé mon bidé ? Eh bin, je vais emporter vote file.<br />
 
Et Berlicoqué attrape la petite file, la met dans son sac, jette son sac sur son dos et puis ch'in vo, en disant :
 
– D'un épi de blé, j'ai eu un-n' glenn,<br />
– D'un-n' glenn, j'ai eu un cochon,<br />
– D'un cochon, j'ai eu un bidé,<br />
– D'un bidé, j'ai eu un-n' petite file.<br />
 
* Et le souor, dans un-n' aute ferme, toc, toc, toc !
 
— Qui est lò ?<br />
— Ch'est Berlicoqué, madame.<br />
— Entrez, entrez, Berlicoqué, venez vous chauffer.<br />
— Non, non, ma bonne, je n'ai pas frouo, je venais seulement vous demander si vous pouviez garder mon gros sac, jusqu'ò demin.<br />
— Mais bin sûr, Berlicoqué, mettez-le dans le coin de la salle, et vous reviendrez le chercher demin.
 
Et Berlicoqué fait glisser son sac de son épaule, le pose dans le coin de la salle, et puis ch'in vo.
 
Or, ch'souor lò, c'était la fête des Rouos. La mèrr avait apporté la galette, et coupé des parts, et pour les distribuer, elle demandait <br />
 
— Pour qui chelle-chi ?<br />
Or, ch'souor lò, c'était la fête des Rouos. La mèrr avait apporté la galette, et coupé des parts, et pour les distribuer, elle demandait
— Ch'est pour mi ! <br />
— Pour qui chelle-chi ?
Ch'estEt pour miqui chelle-chi !?<br />
— Et pour qui chelle-chi ?
— Ch'est pour mi !
 
Et puis, au bout, il en restait un-n' de trop. Alors, pour s'amuser, la maman demande :<br />
 
— Et pour qui chelle-lò ?<br />
 
Et on entend un-n' toute petite vouo qui crie :
 
— Ch'est pour mi ! Ch'est pour mi !<br />
— Et qui t'es, ti ?<br />
— Ch'est mi, je chuis enfermée dans le sac de Berlicoqué !
 
 
On l'aide ò sortir, et le pèrr décide de préparer un-n' punition pour Berlicoqué, pach'qu'on n'attrape pas des petites files comme cho. Il vo chercher le gros chien d'la ferme, et le met dans le sac ò la place de la petite file.
 
 
; Samedi
Le lendemin : toc, toc, toc !
 
— Qui est lò ?<br />
— Ch'est Berlicoqué, madame.<br />
— Entrez, entrez, Berlicoqué, venez vous chauffer.<br />
— Non, non, ma bonne, je n'ai pas frouo, je venais seulement vous demander le sac que je vous ai donné hier souor ò garder.<br />
— Ah oui, très bin, prenez-le lò dans le coin de la salle, ò l'endrouo où vous l'avez mis.
 
Alors Berlicoqué se dit tristement :
 
– D'un épi de blé, j'ai eu un-n' glenn,<br />
– D'un-n' glenn, j'ai eu un cochon,<br />
– D'un cochon, j'ai eu un bidé,<br />
– D'un bidé, j'ai eu un-n' petite file,<br />
– D'un-n' petite file, j'ai eu un gros chien,<br />
– Et maintenant, je n'ai plus rien du tout.
 
<hr>
 
<references />
 
[[Catégorie:Contes pi Légindes]]
4

modifications